Kinshasa : la coordination urbaine de la NGT mobilise efficacement les bases Kinoises sur les défis organisationnels et politiques de la structure ( reportage)

0 0
Read Time:3 Minute, 20 Second

Tournée de la coordination urbaine de Kinshasa dans différentes bases pour échanger avec les fédéraux, sectionnaires et sous sectionnaires afin d’échanger sur les différents défis politiques et organisationnels auxquels actuels de la nouvelle génération en générale et à la coordination urbaine de Kinshasa en particulier.
Profitant de l’occasion le coordonnateur urbain René MVUTU NGAMBELE a fait une restitution à la base après avoir été reçu parlé chef de l’État dans le cadre des consultations initiées par le chef de l’État son excellence Monsieur pdt delà République SEM. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Il a également indiqué que la NGT demeure une grande force politique et associative. Notre plus grande force ne peux se consolider que dans l’unité.
Il a indiqué que grâce aux efforts du coordinateur National SEM Junior MATA M’ELANGA, la NGT se retrouve implantée à travers toute la République. Il mérite beaucoup plus d’attention. Son intégrité, ses valeurs morales, ses compétences dans le secteur des Finances et le respect des principes demeurent des qualités à administrer et à imiter par la classe dirigeante de la RDC.
Nous remercions le chef de l’État et la hiérarchie du parti du fait qu’il bénéficie de leur confiance.
A la fin de ce marathon de redynamisation de la NGT Kinshasa, le Coordonnateur de la capitale s’est offert aux médias.
Répondant à la question de savoir ce qu’il en serait du discours du chef de l’État, il a indiqué que sans être prophète, son souhait est que le chef de l’État continue à suivre la voie du peuple.
Le peuple nous a fait savoir à travers nos descentes qu’il veut : de la dissolution du parlement, de la révocation du premier Ministre, de la rupture de la coalition FCC-Cach.
En intellectuel, il a tenté de détailler avec brio les trois aspects et proposer des solutions aux chef de l’État.
De la dissolution :
Citant l’article 148 de la constitution il a reconnu la difficulté par rapport à l’application de la dissolution, à première vue. Mais, évoquant l’article 69 de la constitution qui fait du chef de l’État l’arbitre. Il a indiqué que sur le plan de faits, le conflit est perceptible. Il st persistant et même irrémédiable. Le gouvernement n’est qu’un concept qui peut, dans le cadre de la définition de l’État, vu au Sens de la détention du pouvoir. Et le chef de l’État est le symbole du pouvoir. Le conflit interinstituonnels (president-premier-ministre-parlement) est très grave est susceptible des créer une crise plus grave et entraîner le pays dans le chaos. D’où, usant de ses compétences d’arbitre le chef peut dissoudre l’assemblée s’il estime que les moyens pour organiser les élections dans un délai constitutionnel sont disponibles. A lui d’apprécier.
Quand à la révocation du premier Ministre, le coordon de la NGT Kinshasa a évoqué contre toute attente la théorie du retrait en sciences administrative.
Il a relevé que l’arrêté du chef de l’État nommant le premier ministre est un acte administratif. D’où, s’il estime qu’il y a eu erreur, il y a eu tromperie, il y a eu dole, il peut retirer sa décision.
Or, on constate qu’il y a eu effectivement erreur, tromperie et dole. La procédure de nomination du premier Ministre n’a pas été respecté. Il n’est issue de la majorité parlementaire, le FCC n’étant pas une plateformes électorale. L’informateur, tel que le veut la loi fondamentale, n’a pas été nommé.
D’où, le président, peut retirer sa décision (son arrêté) qui est un acte administratif, pour appliquer la loi, pour corriger.

Quand à la rupture de la coalition, le coordon de Kin estime qu’il y a déjà rupture sur le plan des faits. Le président n’a qu’à constaté la rupture.
De la il estime également que, cette rupture signifie autrement que le premier ministre doit en conséquence démissionner d’autant plus que l’arrêté le nommant cité aussi la coalition FCC-Cach comme référence. D’où, si cette dernière n’existe plus, la conséquence est claire : le premier ministre doit démissionner. Et nous attendons que cela et le peuple gagnera.

About Post Author

liberteplus

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *