RDC: Unie et indivisible, l’UDPS renouvelle de manière historique et héroïque sa loyauté et sa fidélité au Chef de l’État Félix Tshisekedi

0 0
Read Time:5 Minute, 31 Second

À l’UDPS, l’actualité demeure dominée par la mobilisation du dimanche, 24 juillet dernier, à l’esplanade de la permanence de Limete.

Convoquée par le Secrétaire Général Augustin Kabuya, cette manifestation a réuni les responsables des structures et organes officiels de cette formation politique dans le but de démontrer, une fois de plus, à la face du monde, qu’ils sont derrière le Chef de l’État. Comme pour dire que contre vents et marées, l’UDPS va défendre Fatshi béton avant et après sa réélection indubitable en 2023.

« Vous me rassurez ici que vous serez loyal envers le Chef de l’État et qu’aucune personne ne viendra ébranler votre détermination sur base des mensonges ?, a demandé le SG Augustin Kabuya avec succès à l’assistance. Veuillez le manifester en soulevant vos mains, a-t-il poursuivi.

« Pour les nouveaux adhérents, je sais que la séparation est toujours difficile. Mais, sachez que Kabund n’est jamais venu avec quelqu’un ici. Il vous a tous trouvés ici. Ne soyez pas complexés».

Dans un autre chapitre, le numéro 2 du parti au pouvoir est revenu sur les travaux de réflexion ténus à Kinsantu sur l’avenir du parti du 08 au 10 juillet ayant donné des directives nécessaires pour la préparation des élections à venir.

Concernant le volet électoral, l’UDPS tient au délai constitutionnel pour la tenue des élections de 2023, contrairement aux ragots de rue propagés ici et là sur un glissement imaginaire. Son SG Augustin Kabuya a même autorisé aux gestionnaires des structures de base de procéder immédiatement au recrutement des témoins électoraux et des informaticiens qui devront aider le parti à surveiller ses scores à tous les niveaux.

« Commencez déjà à recruter des témoins. Les élections ne se préparent pas à la veille. Nous, on prépare les élections à partir de maintenant, puisque nous voulons que lorsqu’on arrivera en 2023, que notre Chef soit réélu avec une majorité écrasante. En dehors des témoins, vous devez aussi recruter des informaticiens que nous devons former pour qu’ils nous aident pendant le déroulement des élections», a déclaré le Muana Bute du Chef de l’État.

Au sujet des travaux de Kisantu, il convient de noter que cette activité a permis à l’UDPS de renforcer son unité et sa lucidité en constituant, notamment, des recommandations pertinentes allant même dans le sens d’imposer des réformes politiques importantes susceptibles, à en croire le SG Augustin Kabuya, d’adapter les textes du parti aux réalités actuelles ( parti au pouvoir, ). Ces réformes prévoyent aussi une reconnaissance particulière pour les figures de proue de la lutte du parti d’Étienne Tshisekedi.

« En 2005, alors que j’étais étudiant stagiaire au ministère du budget. J’ai vu un papa visiblement démuni venir visiter notre directeur, Chef des services. C’est après son départ que le directeur va me révéler que ce papa fut un ancien directeur au ministère du budget. Comme on avait pas préparer leur sortie, voilà ce qu’ils sont devenus, m’a-t-il fait savoir. Cette situation m’a beaucoup marqué.

« Comme nous avons à ce jour l’effectivité du pouvoir au sein de ce parti, il faut entrevoir le futur. Nous ne faisons pas une histoire pour nous seulement mais même en faveur de ceux qui viendront après nous. Raison pour laquelle, à l’issue des réformes de nos textes, nous devons impérativement savoir ce que deviendront ceux qui ont lutté pour ce parti et ceux qui l’ont dirigé. Ils doivent avoir un statut particulier qui les protège. On doit même réfléchir ce que deviendra le Chef de l’État au sein de notre parti après avoir épuisé ses deux mandats à la tête du pays, puisque c’est nous qui l’avions mandaté au sommet de l’État. Aujourd’hui, nous avons des ministres provinciaux, des gouverneurs, des conseillers, tous ces haut cadres n’ont pas une place de choix dans nos textes. Même cas pour les anciens Secrétaires Nationaux, les anciens Secrétaires Généraux et les anciens Secrétaires Généraux Adjoints».

Une session extraordinaire de la Convention Démocratique du parti est même prévue dans les jours à venir pour statuer sur ces recommandations qui seront coulées sous forme des résolutions.

« Faute d’avoir organisé un Congrès, poursuit le Chef de l’administration de l’UDPS, nous avons la Convention Démocratique qui peut jouer ce rôle, car, elle a les pouvoirs identiques à ceux du Congrès. Nous allons donc soumettre lesdites recommandations à la CDP pour que celle-ci les analyse au courant d’une session extraordinaire et pour que nous fixions comment allons-nous marcher en rapport de l’actuel processus électoral en cours.

Concernant l’affaire Jean-Marc Kabund qui cherche nuit et jour à vilipender le pouvoir en place, Augustin Kabuya dit réfuter la thèse selon laquelle il ne faut pas répondre à ses allégations.

« Je connais, dit-il, l’importance de la communication. Quand Kabund fait ses sorties médiatiques, il ne le fait pas pour notre bien. Je vous ai dit ici que Kabund était porteur d’une mise place au sein de l’armée et de la police puisqu’il n’était pas d’accord avec certains officiers et ils voulaient les envoyer tous au garage. Et la réponse du Chef de l’État a été claire sur ce point : tu ne peux pas m’induire en erreur. Je dois travailler avec l’armée que j’ai trouvée car, c’est une armée de la République, fin de citation.

Par ailleurs, le SG Augustin Kabuya dit constater une hypocrisie au sein de l’UNION sacrée sensée accompagner le Chef de l’État.

« Plusieurs membres de l’Union sacrée ont leur agenda caché, révèle-t-il. Nous nous sommes faits des ignorants pour les étudier. Dès cet instant, ils doivent revoir leurs calculs. Ils ont fait passer inutilement leur temps en distribuant des billets verts à nos jeunes du parti pour qu’ils s’en prennent à la hiérarchie dans le but de réduire à néant l’UDPS au profit de leurs formations politiques. Je leur dis que c’est un rêve ! Ils vont se rendre compte que malgré leur corruption, quand il s’agit des intérêts du Chef de l’État, les filles et fils de l’UDPS vont retourner chez eux.

Dans nos répertoires, poursuit-il, nous connaissons bien ceux qui accompagnent le Chef de l’État avec sincérité et ceux qui le combattent. On ne peut pas prétendre soutenir le Chef de l’État, entre-temps, chercher à déstabiliser sa famille politique. Dans les prochaines semaines, je dirais à tout le monde des vérités en face sur base des preuves que je dispose après mes investigations. Nous savons qui sont aussi réellement derrière le Chef de l’État. S’il y a un faux billet de 100$, il doit y avoir aussi un vrai billet de 100$. Cela veut dire qu’il existe aussi des vrais alliés, fin de citation.

Reportage signé Hervé Mulumba, pour le compte de Liberté PLUS

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.