Bilan du Chef de l’État : Voici le message poignant du Secrétaire Général de l’UDPS aux combattants de la localité de Lufu dans le Kongo-Central

1 0
Read Time:4 Minute, 26 Second

Le Secrétaire Général de l’UDPS, monsieur Augustin Kabuya a fait le déplacement du Kongo Central le Samedi dernier dans la petite matinée pour un agenda bien précis.

Juste après avoir pris part à la messe d’intronisation de l’évêque de Kisantu, Mgr. Jean- Crispin Kimbeni Ki Kanda, le Chef de l’administration du parti au pouvoir a aussitôt pris la destination de la localité de Lufu. C’est vers 16h00′ qu’il a été accueilli en véritable prince à l’entrée de cette contrée par des combattants brandissant les drapeaux de l’UDPS , en scandant des chansons à l’honneur du Chef de l’État et de leur parti. Au bout d’environ dix minutes, il a débarqué à l’endroit aménagé pour son meeting en marge de l’inauguration de la grande permanence de l’UDPS Lufu-frontière, siège acquis grâce aux efforts de monsieur Kamona KABUOKO Richy, cadre du parti.

Dans son discours de bienvenue, le Président de la fédération du Kongo-Central rural 2 a salué la présence de leur Secrétaire Général dont, selon ses propres dires, le leadership a changé complètement le narratif à la tête du Parti présidentiel en l’espace de 100 jours seulement de sa gestion. Il a aussi plaidé pour la transformation de la Cellule UDPS Lufu-frontière en une sous-section au regard de sa taille assez considérable.

Prenant la parole à son tour, le SG Augustin Kabuya, s’adressant aux nombreux combattants de l’UDPS et aux militants d’autres partis membres de l’Union Sacrée, a balayé d’un revers de main toutes les critiques mêlées aux insultes lancés à l’endroit du Chef de l’État en rapport avec la gestion du pays.

« Il y a un groupe des gens, a-t-il déclaré, qui pressent sur la tenue des élections, semble-t-il, pour chasser Félix Tshisekedi en 2023. Mais nous, nous disons ceci :

«Au juste, que reprochent-ils au Président de la République puisqu’un responsable politique, un président de la République, de surcroît, on le juge par rapport au travail réalisé.
À ce sujet, ne refusez aucun débat, ne soyez pas non plus complexés. Un scientifique attitré parle avec des preuves ou des chiffres. Car, si tu veux critiquer le Chef de l’État, cela ne peut être synonyme des insultes. Pouvez-vous dire que sous le régime passé, les recettes publiques connaissaient des améliorations que nous vivons actuellement ? Je donne un exemple: admettons que la DGRAD réalisait 5 millions de dollars sous l’ancien régime. Si, à l’arrivée de Tshisekedi, la recette baisse jusqu’à 2 millions, là vous pouvez le critiquer. C’est la même chose aussi pour la DGI et la DGDA. Mais, si toutes ces régies réalisent aujourd’hui le triple des recettes, pouvez-vous vraiment émettre des critiques négatives sur un résultat pareil ?

Le moment venu, nous allons nous exprimer avec tous les éléments nécessaires pour que l’opinion publique arrive à connaître la vérité. Notre silence n’est pas un aveu d’échec ni un signe de faiblesse. Nous déplorons le fait que certaines personnes veulent faire gober leur ignorance à tout le monde. Que personne ne vous fasse peur.

Comme ils veulent que nous parlions du bilan, ils doivent savoir qu’on ne présente pas un bilan à mi-parcours, mais on fait le bilan lorsqu’on a fini le travail. Comme ils ont choisi cette voie, je peux vous assurer, la main sur le cœur, que pour le moment, le bilan de son excellence Félix Tshisekedi est largement positif. Je sais de quoi je parle. Ça n’a rien à voir avec les sentiments. Je parle devant des intellectuels. Considérez les réalisations effectuées par le Président de la République dans un laps de temps, secteur par secteur, vous allez regretter les 18 ans du régime passé. Que les gens se tranquilisent! Ce n’est pas pour rien que nous avons opté pour le choix de rester au sein du parti. Cest pour, notamment, démontrer à l’opinion publique ce que le Chef de l’État aura fait durant son quinquennat. On va même commencer à marcher avec des tableaux comparatifs entre les réalisations de notre régime et ceux des régimes passés.

Là où vous avez appris qu’on payait 30.000 FC à la veuve militaire, présentement avec Tshisekedi c’est 250.000 FC le mois.

Par ailleurs, le Muana Bute du Chef de l’État a exhorté les combattants de Lufu à vivre en harmonie avec les autorités publiques de la place oeuvrant au sein de la DGM, ANR, Police, FARDC. Car, a-t’il soutenu, tous dépendent du Chef de l’État.

« Ici c’est une frontière où fonctionnent plusieurs services. Votre appartenance à l’Union Sacrée ou a l’UDPS ne vous autorise pas de brûler les étapes. Il faut respecter la procédure si tu as tes marchandises. Nous devons prêcher par l’exemple en apportant notre soutien à toutes les autorités qui œuvrent à la frontière et en évitant de s’illustrer dans la fraude. Les postes qu’ils occupent sont des postes de carrière. Ce sont des gens que nous avons trouvés. Nous avons mis du sérieux avec notre politique. Les mêmes ont vu leur capacité de mobilisation avec Fatshi béton être revue à la hausse, fin de citation.

Au bout de son discours, Augustin Kabuya a procédé à la coupure du ruban symbolique en guise d’inauguration de la permanence de l’UDPS Lufu-frontière. Il a effectué avec joie le tour des bureaux, avant de visiter plus tard le poste frontalier de Lufu.

LIBERTÉ PLUS

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.