10 ans après la publication du rapport Mapping: Denis Mukwege condamne le silence de la Communauté internationale face aux massacres commis en Rdc

0 0
Read Time:1 Minute, 49 Second

Le rapport Mapping, est une enquête menée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, enquête qui dénombre des crimes graves commis en République démocratique du Congo entre 1993 et 2003. Au total 617 crimes ont été commis durant cette période. L’on a souvent pointé du doigt des voisins de la Rdc dont le Rwanda, d’être impliqués dans ces graves violations des droits de l’homme. Dix ans après la publication de ce rapport, le Prix Nobel de la Paix Denis Mukwege, à l’instar de plusieurs autres personnes, s’étonne du fait qu’il n’y ait toujours pas d’action du côté de la Communauté internationale pour faire en sorte que les présumés auteurs répondent de leurs actes.
« Pour moi, aujourd’hui c’est un sentiment mitigieux. Mitigieux puisque c’est incompréhensible que la Communauté internationale ait lu ce rapport et que cette Communauté internationale qui est le Conseil de sécurité ait décidé de mettre ce rapport dans un tiroir. Pour moi, c’est incompréhensible et ça pose la question : quel monde nous voulons construire demain? », s’est interrogé le célèbre gynécologue congolais au cours d’une sortie médiatique.
« Je pense que les crimes qui sont considérés comme les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, les crimes de génocide, le monde ne devrait pas se taire, puisque nous sommes tous concernés. Et le jour où nous gardons silence par rapport à ces crimes, nous savons tout simplement que nous ouvrons largement la porte pour que ces types de crimes puissent continuer », a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le docteur Mukwege salue l’idée du Chef de l’Etat de la République démocratique du Congo, celle de mettre en place une justice transitionnelle pour juger ces crimes. Il appelle tout le monde à appuyer cette idée.
C’est une chance d’avoir aujourd’hui « (…) un Président qui a des mains propres par rapport à toutes ces violations graves des droits de l’homme et que le fait qu’il a demandé à ce que son gouvernement puisse travailler sur le dossier de la justice transitionnelle, ça peut permettre à certaines personnes qui vivaient dans la peur de sentir qu’il y a un espoir, qu’il y a un dirigeant qui veut faire bouger les lignes », s’est-il exprimé.
*Fabrice Lukamba*

About Post Author

liberteplus

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *